La Mort Aux Frontières De L´Europe: Retrouver, Identifier, CommémorerLa Mort Aux Frontières De L´Europe: Retrouver, Identifier, Commémorer

La Mort Aux Frontières De L´Europe: Retrouver, Identifier, Commémorer

BABELS

Date de parution : 25/04/2017
  • Paiement sécurisé
  • Notre réseau de librairie
  • Un service client à votre écoute
Disponible
10.00
Mourir en tentant de rejoindre l'Europe est le sort de nombreux migrants. À travers l'identification des corps, les hommages rendus et les prises de conscience politiques, ces morts questionnent autant les sociétés qui les reçoivent que les sociétés de départ qui doivent composer avec leurs disparus. Ces morts exposent la violence des frontières européennes.
Informations
Date de parution : 25/04/2017
ISBN : 9782369350767
Largeur : 120mm
Hauteur : 180mm
Poids : 0.146Kg
Nombre de pages : 120
Poursuivre l'analyse, s'efforcer de décrire le monde en le rendant plus compréhensible - et peut-être plus humain -, c'est ce à quoi s'emploie le réseau de recherche de l'Ecole des hautes études en sciences sociales, mis en place sous la direction scientifique de Michel Agier. Ce programme, intitulé « Babels », est centré sur l'actualité des migrations en Europe. Il rassemble des études comparées sur le passage ou l'ancrage, sur l'hospitalité ou le rejet, sur, enfin, les manières de vivre ensemble qui s'inventent un peu partout où les migrants déposent leurs ballots. En un mot, il s'agit de comprendre ce que les frontières contemporaines font aux migrants et à l'Europe. D'où la collection « Bibliothèque des frontières » qui accueillera ces travaux ethnographiques, au sein de la maison d'édition Le Passager clandestin. Associer l'exigence de l'exploration ethnologique avec l'engagement dans le présent, voilà l'ambition des petits livres signés Babels. Un art de la collecte et de la description, tel est un travail de terrain réussi. De ces informations naît l'espoir que les politiques migratoires, devenues plus lisibles, soient aussi modifiables. L'anthropologie est autant un miroir qu'un ouvroir, dit Michel Agier. N'est-il pas temps que cesse le grand remplacement des faits par la fiction ?
(Le Monde des Livres, Julie Clarini)   

Vous aimerez aussi

Du même auteur

detail-product-01
T_LITTERAL