Date de parution : 18/09/2008
  • Paiement sécurisé
  • Notre réseau de librairie
  • Un service client à votre écoute
Disponible
14.00
Il y a un homme appelé Abraham Heddad, qui d'abord voit et marche beaucoup, puis qui devient aveugle et continue de marcher. Il y a sa femme, Selma, leurs filles, Ami et Ismaële, et le garçon qui emmène Ismaële. Le garçon lui dit le bruit qu'il a dans la tête, alors Ismaële lui dit le bruit qu'il y a dans la sienne, et ça fait un sacré boucan. Puis il y a la route, les combines, les rencontres et les morts.
Une famille dominée par la silhouette patriarcale de Heddad. D'une génération à l'autre, le temps ne compte pas. Il revient à la dernière fille de la lignée de reconstituer l'histoire, car «on ne peut pas vivre que du séparé». 
Informations
Date de parution : 18/09/2008
ISBN : 9782913904415
Largeur : 135mm
Hauteur : 200mm
Poids : 0.140Kg
Nombre de pages : 112
[L'Est républicain
«[.] Trois cahiers rassemblent les bribes de la vie d'une famille sur trois générations, avec des phrases courtes qui vont à l'essentiel et vous captivent, l'air de rien [.] une bien jolie musique [.] qui parle de la vie telle qu'elle est, à petites touches indélébiles.»   

[Daniel Fattore, «Sébastien Ménestrier: une cure de concret», www.fattorius.over-blog.com, 26 février 2013] 
«Depuis hier soir, je suis à fond dans l'oeuvre écrit de Sébastien Ménestrier. Cela devrait s'arrêter bientôt: cet auteur a l'art d'écrire court, et ses deux romans, Heddad (La Chambre d'échos, 2008) et Pendant les combats (Gallimard, 2013) totalisent à peine 200 pages bien aérées. Mais ce n'est pas la quantité qui compte, et la qualité est là aussi; c'est pourquoi je partage avec vous le plaisir que j'ai eu à découvrir, entre hier et aujourd'hui, Heddad.
[.] Les ambiances sont celles d'un conte ou d'une fable moderne, avec des décors flous et des accessoires de toujours qui, sachant rester sobres, laissent toute la place aux personnages et à leurs interactions - vues, en l'occurrence, à travers le regard de descendantes du père Heddad, un homme qui aime marcher et devient aveugle peu après la naissance de sa première fille. Et c'est à la petite-fille d'Abraham Heddad que revient le rôle de renouer les fils par l'écrit, en l'occurrence par la tenue d'un cahier.
Le lecteur des deux petits livres de Sébastien Ménestrier découvre un orfèvre de la forme brève. Dans Heddad, l'auteur recrée une certaine oralité, à l'aide de quelques traits classiques sobrement glissés dans le texte [.] et surtout une orientation systématique vers le concret, qui donne chair au récit [.] une sensualité du récit, où apparaissent par exemple les cheveux chéris d'une fille. Cela, sans oublier un sens consommé de l'ellipse, qui suggère l'acte sexuel sans jamais le décrire ni le nommer.
Cette forme très aboutie se place au service d'une histoire toute simple, comme il se doit, celle d'une famille qui vit en un lieu mal défini, peut-être le monde arabe. Au fil des pages, des morts, des fugues et des départs dans la vie, Heddad est l'histoire d'éclatements familiaux qui sont autant d'aléas de la vie, et contre lesquels on paraît lutter: "On ne peut pas vivre que du séparé, faut être sérieux deux minutes", serine un personnage. Côté famille, il est du reste piquant de relever que si le père Abraham Heddad aimait marcher et a été un très bon footballeur, son petit-fils devient un coureur de marathon. Atavisme, avez-vous dit?
En contrepoint avec la gravité de l'illusoire espoir du maintien de l'unité familiale, se glissent quelques traits d'esprit bien intégrés au récit: Monsieur Sar et Madame Dean paraissent faire écho aux sardines de tente que l'un des personnages ne peut planter devant le palais de justice [.]  
Heddad est une lecture simple et rapide, qui plonge en permanence dans le concret et recherche sans cesse l'image la plus parlante et la plus forte. La narration est aérée, donnant l'impression de flashes; mais elle n'en est pas moins dense et prenante, et chaque phrase témoigne de la volonté de l'auteur, poétique s'il en est, de faire entendre des voix originales: celles de ses personnages.»

Vous aimerez aussi

Du même auteur

detail-product-01
T_LITTERAL